À la veille du déclenchement des élections, voici ma grille de départ pour cette course électorale !

PLQ Jean CharestParti Libéral / Jean Charest:
Certes, Jean Charest ne passera pas à l'histoire comme étant un grand premier ministre, mais dire qu'il fut le pire relève de l'exagération. Le gouvernement Charest aura simplement été fade, il a fait le travail mais sans plus. Sans tambour ni trompette, les libéraux ont réalisé 60% de leurs promesses électorales. On pourra toujours leur reprocher de ne pas avoir baissé les impôts de 5 milliards, mais sous les libéraux le Québec n'est plus l'endroit le plus taxé en Amérique du Nord. On pourra toujours leur reprocher de ne pas avoir dégraissé l'état, mais Jean Charest a quand même réussi à faire plier les syndicats de la fonction publique. On pourra toujours leur reprocher de ne pas avoir éliminé les listes d'attente, mais le ministre Couillard a quand même amélioré la situation du système de santé. On pourra toujours leur reprocher de ne pas avoir attaqué la dette, mais ils ont créé le fond des générations. Bref, avec les libéraux les choses changent… lentement. Jean Charest est un premier ministre qui préfère se contenter de demi-mesures plutôt que de vouloir faire trop de vague. C'est là tout le problème.

Verdict: Jean Charest roule en Toyota Corolla, une petite voiture incapable de grandes performances mais une voiture fiable qui vous amènera à destination.

PQ André BoisclairParti Québécois / André Boisclair:
J'avoue qu'au tout début j'ai succombé à la "Boisclair-Mania". Un type jeune avec des idées nouvelles. Un type qui pourrait refaire le Québec ! Depuis, je suis redescendu sur terre… Boisclair c'est l'art de parler pour ne rien dire: maître du discours alambiqué, ce type peut parler pendant 10 minutes à la fin duquel on n'en sait pas plus long. Boisclair semble être un homme d'idées, mais il ne peut les exprimer parce qu'il est prisonnier de son parti. Que le PQ se lance dans la campagne électorale sans avoir présenté sa plateforme en dit très long sur l'état de la formation politique. Un parti qui se cherche depuis que la question nationale n'est plus un enjeux d'importance pour la population. À ceci, rajoutez son manque de jugement dans l'affaire "Brokeback Mountain", un gag inoffensif mais qui est incompatible avec la dignité que doivent incarner les politiciens. À ceci, rajoutez l'affaire Doray qui risque de venir le hanter durant la campagne…

Verdict: André Boisclair roule en Mustang… sur des pneus fesses alors que la piste est enneigée; risque de dérapage.

ADQ Mario DumontAction Démocratique/Mario Dumont:
Si Mario Dumont c'est aligné à droite ce n'est pas par conviction mais par opportunisme électoral. Dumont c'est le politicien qui profite des vacuums politiques: il n'existe aucun parti de droite au Québec, Mario rempli ce vide; personne ne veut parler des accommodements raisonnables, Mario rempli ce vide; personne ne veut parler de CHOI-FM, Mario rempli ce vide. Le problème avec ce genre de politicien, c'est que trop souvent ils agissent de manière impulsive et irréfléchie. On ne peut pas gouverner une province au gré des sondages ou des coups de gueule sur les tribunes téléphonique; agir de la sorte mène invariablement à des décisions incohérentes et/ou contradictoires (comme pour les accommodements raisonnables). Bref, ce qui manque à Mario Dumont c'est une vision. L'impression que j'ai c'est que Dumont réagit en fonction de l'actualité et non pas parce qu'il possède une vision précise de ce qu'il veut accomplir. Dumont à de bonnes idées, comme vouloir se débarrasser des commissions scolaires et réformer le système carcéral. Mais sa nationalisation l'eau ça fait un peut trop Québec Solidaire.

Verdict: Mario Dumont roule en 4×4. Un véhicule bien pratique sur les routes de campagne, mais peu efficace sur les autoroutes ou en ville.

QS Françoise DavidQuébec Solidaire / Françoise David:
Le premier parti de l'histoire du Québec qui veut avoir un député en garde partagée… On ne peut qu'en rire ! Le programme électoral de Québec solidaire se résume simplement: le parti pense qu'à force d'aimer les arbres, l'argent va finir par y pousser. Parce qu'il faut être lucide, c'est seulement si l'argent se met à pousser dans les arbres que Québec Solidaire pourra remplir ses engagements électoraux.

Verdict: Françoise David roule en vélo. Nuff said !