Ya des gens qui gagneraient à se taire…

Le Devoir
L'ex-juge Claire L'Heureux-Dubé dénonce l'américanisation du système judiciaire

Selon l'ancienne juge, qui a pris sa retraite obligatoire du plus haut tribunal du pays en 2002, les récentes modifications apportées par Ottawa aux comités de sélection et surtout la nomination sur ces comités d'amis du Parti conservateur «biaise[nt] le système», écrit-elle dans un courriel envoyé au Devoir.

«Changer la composition de ces comités en y nommant, en majorité, des membres partisans et dont l'idéologie va de pair avec celle du gouvernement de l'heure biaise le système et va à l'encontre non seulement de notre tradition d'indépendance de la magistrature mais y introduit un élément, à mon avis très pernicieux, celui de l'idéologie du candidat.

Claire L'Heureux-Dubé a vraiment du front tout le tour de la tête pour venir nous dire que les juges de la Cour Suprême n'ont pas d'idéologie. Après tout, elle fut sans doute une des juges les plus idéologue de cette institution ! Comme si la gauche était pure au point de ne pas être une idéologie. Désolé madame l'ex-juge, mais être de gauche, tout comme être de droite, c'est avoir une idéologie.

Que ça plaise ou non à Claire L'Heureux-Dubé, tous les juges ont une idéologie et sous les libéraux, les jugé nommés étaient de tendance libérale parce que les comités étaient composés de gens aux valeurs libérales (personne ne viendra me faire croire le contraire). On ne peut pas blâmer Harper de jouer la même game que le gouvernement précédant.

Dire que des juges ont une idéologie, ce n'est pas mette en doute leur impartialité, c'est tout simplement exposer les faits. Quand vient le temps d'interpréter la loi, le background politique d'un juge pèse lourd dans la balance. Un juge libéral aura une interprétation différente d'un juge conservateur, l'impartialité n'a rien à voir là dedans.