Excellente nouvelle, aujourd'hui le fédéral a annoncé le versement de 350 millions pour que le Québec puisse mettre en place son programme de lutte au gaz à effet de serre.

Par contre, pour ce souverainiste c'est une mauvaise nouvelle…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le fédéral ne s'occupe pas de l'environnement, on le blâme, il s'occupe de l'environnement, on le blâme pareil…

À ce sujet…

La Presse
Bouchard a troqué la planète contre le Québec

Le Canada serait un chef de file de Kyoto si Lucien Bouchard n’avait pas tourné le dos à l’environnement il y a près de 20 ans. De passage à La Presse, hier, l’écologiste David Suzuki a déploré que l’ancien ministre de l’Environnement du cabinet Mulroney ait choisi, en 1990, de lutter pour la séparation du Québec plutôt que pour sauver l’humanité.

Au cours d’un entretien qu’il a eu avec lui à la radio en 1989, deux mois après sa nomination, M. Bouchard avait fait montre de vision en soutenant que les changements climatiques étaient le principal enjeu environnemental.

«Et lorsque je lui ai demandé à quel point cela était sérieux, il m’a répondu que l’espèce humaine était menacée et que si nous ne faisions rien, nous serions un jour dans le trouble. On était en 1988 ! J’étais très impressionné !» a lancé M. Suzuki.

«Le problème, c’est qu’il a ensuite fait une chose assez folle (a crazy thing) : il a décidé qu’il était plus important pour le Québec de se séparer que de lutter pour la survie de l’humanité… C’est le choix qu’il a fait !» a-t-il ajouté, visiblement ahuri par une telle décision.