Boisclair c'est payé un voyage en France pour faire la promotion de la souveraineté. Suis-je le seul à penser que Boisclair utiliserait mieux son temps à convaincre les québécois plutôt que Ségolène Royal ?

Faut dire que ce n'est pas avec ce genre de discours passéiste que Boisclair risque de faire des gains au Québec:

Le Monde
Le chef du Parti québécois à Paris pour consolider les liens de coopération

Faire l'indépendance du Québec, via un nouveau référendum, demeure sa priorité : "Nous allons revenir sur cette question nationale, parce que nous croyons que le Québec doit avoir la capacité de façonner son propre destin, de développer sa propre identité. Le désir de liberté et d'égalité des Québécois est un argument éternel et la jeune génération est fatiguée des sempiternelles discussions avec le gouvernement fédéral et des promesses brisées des fédéralistes." […]

Au plan économique, le Québec est, selon lui, un "excellent réservoir de richesses et de compétences", avec un bas taux de chômage mais une croissance "anémique" qui a besoin, pour "sortir de la léthargie", d'améliorer sa productivité, avec un Etat qui joue son rôle et "une jeune génération qui est résolument libre-échangiste" mais aussi très attachée à des "valeurs humanistes".

Les formules creuses, c'est peut-être bon pour les français, mais ici ce n'est pas très vendeur. Pas surprenant de voir que Boisclair représente une source d'inquiétude pour le PQ.

Petit message à Ségolène Royal: les québécois ne disent pas au français comment voter, alors ça serait bien que la réciproque soit vraie aussi. Ce n'est pas Raymond Barre qui disait "Non ingérence, mais non indifférence" ?