Antagoniste


24 octobre 2014

Les grands et les petits… Canada En Images En Vidéos Québec Terrorisme

Hier, nos députés étaient de retour à la chambre des communes après l’attentat terroriste du 22 octobre.  J’ai été très fier de nos politiciens fédéraux hier; ils étaient grands, dignes et forts. Le pays avait besoin de voir des gens fraternels, ils ont été plus que ça, ils ont été touchants…

Chambre Des Communes

Mais pendant qu’à Ottawa nos politiciens étaient grands, à Québec certains avaient décidé d’être petits… Incapable de se retenir, Bernard Landry a utilisé un attentat terroriste qui a choqué tout un pays pour faire du Harper-bashing

Cliquez ici pour lire la suite »


23 octobre 2014
22 octobre 2014

Donner son maximum Canada Économie En Images États-Unis Québec

Au Canada, le NPD voudrait imposer un salaire minimum de 15$/h aux secteurs sous juridiction fédérale.

Au Québec, Québec Solidaire souhaiterait que le salaire minimum s’élève à 11,37$/h.

Dans le Dakota du Nord, le salaire minimum n’est que de 7,25$/h, pourtant voici une affiche que l’on retrouve à l’entrée du Walmart de Williston:

Walmart

Au Dakota du Nord, contrairement au Québec, les gens ont été assez intelligents pour dire « oui » à l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste, ce qui a causé un boom économique.  Les gens n’ont pas besoin d’un salaire minimum pour éviter la pauvreté, mais plutôt d’une économie qui roule !

P.-S. Le Dakota du Nord est l’État américain avec la meilleure qualité de vie aux États-Unis.


22 octobre 2014

La pétrophobie Coup de gueule Économie En Chiffres Environnement Québec

Quelle est l’importance des déversements de pétrole causés par les pipelines au Canada ?

Pour bien comprendre, faisons une analogie. En termes relatifs, la quantité de pétrole déversée par les pipelines au Canada par rapport à la quantité de pétrole transportée représente l’équivalent de 1/20 de cuillère à thé que vous échapperiez sur le sol lors d’un plein de 50 litres à la station-service.  Les pétrophobes du PQ grimpent dans les rideaux pour bien peu…

Mais pour voir à quel point la pétrophobie du PQ est devenue maladive, comparons le projet de cimenterie de Port-Daniel à celui de la construction d’un pipeline traversant le Québec jusqu’à Cacouna. Rappelons que le PQ était favorable à la cimenterie alors qu’il s’oppose farouchement au pipeline.

Pétrophobe
Sources: ici, ici, ici & ici

La cimenterie de Port-Daniel va créer moins d’emplois, générer moins de retombées, émettre plus de gaz à effet de serre et exigera une plus grande contribution financière du gouvernement que le pipeline Énergie Est.  À ceci, ajouter que la cimenterie n’est pas encore construite que déjà elle tombe en ruine… Pourtant, le PQ est favorable à la cimenterie et ne veut rien savoir du pipeline. Dans le cas du PQ, on peut vraiment parler de pétrophobie…

En fait, je soupçonne les péquistes, et la gauche en général, de haïr le pétrole, car ce liquide symbolise la réussite de l’Alberta là où le Québec a lamentablement échoué.  L’Alberta a confié le développement de son secteur énergétique (pétrole) au secteur privé tout en misant sur un petit gouvernement. Le Québec a nationalisé son secteur énergétique (électricité) tout en misant sur un gros gouvernement.  Le Québec est devenu une terre de pauvreté et l’Alberta une terre d’abondance… Pour les péquistes, le pétrole albertain transitant par le Québec, c’est l’équivalent de frotter du gros sel dans la plaie ouverte qu’est devenue le modèle québécois…


22 octobre 2014

La racine du mal Économie Europe Gauchistan Revue de presse

The Economist

-

Anti-Semitism: Another cost of bigotry
The Economist

The assertion that Jews “control” finance is commonplace among anti-Semites. A new academic study* finds that people who live in areas of Germany where persecution of Jews was most intense are less likely to invest in the stockmarket, even today.

The relationship has very strong historical roots. People who live in districts from which Jews were likeliest to be sent to concentration camps under the Nazis are 7.5% less likely to invest in stocks than other Germans; those who live in districts where pogroms occurred during the Black Death (back in the 14th century) are 12% less likely to do so. Surveys also show residents of such districts are less likely to trust the financial sector.

The effect of this distrust is that German savers in such districts earn lower returns, because they have lower exposure to the stockmarket. “The legacy of Jewish persecution—distrust of finance—has hindered generations of Germans from accumulating financial wealth,” the authors argue. In other words, “Persecution of minorities reduces not only the long-term wealth of the persecuted, but of the persecutors as well.”

Un rappel que l’antisémitisme et l’anticapitalisme s’abreuvent aux mêmes sources. L’anticapitalisme des Québécois explique probablement aussi pourquoi autant de Québécois détestent Israël.


21 octobre 2014

La générosité des Québécois Économie Gaspillage Gauchistan Québec

Politique PoubelleLa semaine dernière, notre bon gouvernement était tout fier d’annoncer que l’entreprise CGI allait s’installer à Shawinigan pour créer 300 emplois. Cette annonce a été rendue possible par l’octroi d’un crédit d’impôt remboursable (i.e. une subvention) de 25 000$ par emplois durant 13 ans pour un grand total de 97,5 millions de dollars.  Un petit calcul rapide nous informe que le gouvernement va flamber par emplois créés !

Hier, l’entreprise CGI a annoncé qu’elle allait créer 620 emplois au Royaume-Uni.  Ce projet va bénéficier d’une subvention directe de 5,8 millions de dollars. De plus, le gouvernement va donner accès aux nouveaux employés au programme « Skills Growth Wales » qui prévoit une subvention de 4 549$ par année pendant 3 ans pour la formation de la main-d’oeuvre. Si on suppose que les 620 nouveaux employés de CGI vont profiter de ce programme tous les ans pendant 3 ans (le scénario le plus coûteux et le moins probable), c’est 8,5 millions de subventions qui s’ajoutent pour un grand total de 14,3 millions en subventions. Un petit calcul rapide nous informe que ce gouvernement va flamber 23 065$ par emplois créés !

Je résume.

Au Québec, CGI a besoin d’une subvention de 325 000$ pour créer un emploi.  En Angleterre, CGI a besoin d’une subvention de 23 065$ pour créer un emploi. En bref, créer une job au Québec coûte 14 fois plus cher aux contribuables qu’en Angleterre.

On peut expliquer cette différence de deux manières: soit les Québécois sont extrêmement généreux, soit le Québec est une terre de Caïn.


21 octobre 2014

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (14-20 octobre) selon Influence Communication.

Pendant que les médias du monde entier nous parlent de l’épidémie d’Ebola à tous les jours, ici au Québec, la nouvelle qui a le plus fait jaser dans nos médias cette semaine, c’est la victoire du CH contre les Bruins de Boston. La rivalité entre le CH et ses rivaux de Boston est telle, que « Lucic » arrive au 8e rang au Canada sur Twitter lors de la dernière semaine. Rappelons que Lucic avait fait les manchettes au printemps dernier, alors qu’il avait menacé deux joueurs du CH de les tuer la saison suivante, à la suite de l’élimination de Boston des mains du CH. Consolons nous toutefois, la visite de Patrick Roy et de l’Avalanche du Colorado n’aura pas réussi à devancer elle aussi l’épidémie d’Ebola au palmarès hebdomadaire des nouvelles au Québec.

Au Canada, l’Ebola occupe les deux premières positions du classement. Les médias ont notamment beaucoup parlé du vaccin canadien qui poursuit ses étapes en vue d’être utilisé pour contrer le virus. Enfin, autant les médias du Québec que ceux du Canada ont rapporté la triste nouvelle de l’avalanche au Népal qui aura fauché la vie de près de 40 personnes. La présence de victimes canadiennes et québécoises a notamment contribué à hausser grandement le volume de couverture de nos médias vis-à-vis de ce triste événement.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: imaginez le cirque médiatique si le vaccin contre l’Ebola avait été développé au Québec… Mais comme c’est au Canada, nos journalistes s’en fichent…

Source:
Influence Communication


21 octobre 2014

La réputation du Québec Québec Revue de presse Terrorisme

The Washington Post

-

Driver shot dead after he hits 2 Canadian soldiers
The Washington Post

A man who was shot and killed by police after he struck two members of the Canadian military with his car Monday in a city near Montreal had become influenced by radical Islam, an official familiar with the case said.

Royal Canadian Mounted Police spokesman David Falls said the suspect “was known to Federal authorities” and “authorities were concerned that he had become radicalized.”

An official familiar with the case identified the suspect as Martin Couture Rouleau, 25, of Saint-Jean-sur-Richelieu, Quebec, and said he was influenced by radical Islamists. The official spoke on condition of anonymity because he was not authorized to speak publicly about the case.

Canadian Prime Minister Stephen Harper was briefed about the incident by the head of Canada’s national police force, the head of the military and his national security adviser. Harper said earlier Monday in Parliament that he was aware of the reports and called them “extremely troubling.”

Je n’ai pas choisi cet article du Washington Post pour vous informer des faits entourant l’attaque terroriste à Saint-Jean-sur-Richelieu, vous êtes déjà probablement au courant de tous les détails.

J’ai sélectionné cet article parce que cette affaire risque de beaucoup intéresser la presse étrangère. Par conséquent, on risque de voir des images de nos policiers dans les médias hors Québec. Pour éviter que le Québec passe pour une république de bananes à l’étranger, je suggère aux policiers de ranger leur pantalon de clown et de mettre leur uniforme réglementaire…


20 octobre 2014

Le dollar péquiste Coup de gueule Économie Québec

Propos aperçus sur le fil Twitter de Stéphane Bédard, chef intérimaire du PQ…

Sciences Humaines Sans Math

Vous aurez compris que le chef du PQ répète la marotte habituelle de la gauche selon laquelle le secteur manufacturier québécois est dans la dèche à cause de la hausse du dollar canadien provoqué par l’exploitation des sables bitumineux albertains. Par conséquent, la péréquation que nous recevons nous est due, car il s’agit d’un dédommagement qui nous revient de droit. On sait que cette théorie est complètement fausse et que le Québec recevait de la péréquation même quand le dollar canadien était à 65¢.

Mais qu’importe, jouons le jeu et supposons que les péquistes ont raison quand ils disent que nous ne recevons pas de la péréquation parce que le Québec est pauvre, mais plutôt pour dédommager notre secteur manufacturier.

  • On sait que dans un Québec indépendant, le Québec continuerait d’utiliser le dollar canadien (ici et ici).
  • On sait aussi que si le Québec devient indépendant, l’Alberta va fort probablement continuer d’exploiter ses ressources pétrolières.
  • Par contre, si le Québec devient indépendant, ce sera la fin de la péréquation.

Je résume: en devenant indépendant, notre secteur manufacturier serait encore malmené par le pétrodollar canadien, mais le Québec perdrait ce que les péquistes considèrent comme un dédommagement…  Autrement dit, selon la logique des péquistes, le projet d’indépendance du Québec consiste à choisir le pire des deux mondes i.e. on conserve le pétrodollar, mais on perd le dédommagement.  Sans le savoir, en faisant de la péréquation un programme de dédommagement, le PQ nous donne une raison de ne pas faire l’indépendance…

M’enfin, les chiffres, ça n’a jamais été le point fort des péquistes (sans quoi ils ne seraient pas péquistes).


20 octobre 2014

Fétichisme culturel Coup de gueule Économie Gaspillage Québec

Il y a quelques semaines se tenait dans la Ville de Québec l’événement « Vision Culture », une patente à gosse qui permet aux politiciens de se donner de l’importance…  Durant cet événement, le maire de Québec a fièrement déclaré que depuis 2009, sa ville avait flambé 252 millions de dollars en culture !  Vous avez bien lu: 252 millions de dollars !

Une dépense de 252 millions de dollars pour la Ville de Québec, c’est l’équivalent d’une dépense de 805 millions pour la ville de Montréal !  Avec 805 millions, la ville de Montréal aurait pu construire 3 salles de spectacle pour l’OSM ou encore 6 quartiers des spectacles. Étrangement, cette dépense du maire Labeaume n’a pas semblé indisposer certains médias de Québec qui pourtant grimpent dans les rideaux quand c’est Montréal qui gaspille l’argent des contribuables dans des projets culturels…  À croire que la construction d’un nouveau Colisée a émoussé le sens critique de certains…

M’enfin…  Il faut être honnête et reconnaître qu’il n’y a pas que Régis Labeaume qui aime gaspiller l’argent de ses contribuables dans la culture, ce mal semble être généralisé dans l’ensemble des villes du Québec.  Pour s’en convaincre, il suffit de voir l’évolution des dépenses culturelle des municipalités depuis 5 ans (les chiffres les plus récents remontent à 2012):

Culture Québec

En 2007, les municipalités avaient dépensé un grand total de 536,1 millions en culture, soit l’équivalent de 69,69$ par habitant (279$ pour une famille de quatre personnes). En 2012, le grand total a été de 843,1 millions ce qui représente une somme de 105,60$ par habitant (422$ pour une famille de quatre personnes).  Autrement dit, les dépenses en culture par habitant ont crû de 51,5% en l’espace de seulement 5 ans !

Voici comment ces dépenses ont évolué selon la taille des villes:

Culture Québec

Au Québec, la culture c’est du fétichisme pour nos politiciens. Nos maires ont toujours de la difficulté pour trouver de l’argent pour nettoyer les rues, ramasser les ordures, déneiger les routes, remplir les nids de poule ou pour réparer les égouts et l’aqueduc, mais quand c’est pour la culture, c’est bar ouvert, l’argent coule à flot…  Rappelons que la dette des municipalités s’élève à 22,6 milliards de dollars…

Source:
Institut de la statistiques du Québec
Les dépenses culturelles des municipalités


20 octobre 2014

Le gros bon sens Canada Économie Environnement Revue de presse

Edmonton Journal

-

New Brunswick premier heading to Alberta to discuss Energy East Pipeline
Edmonton Journal

New Brunswick Premier Brian Gallant is scheduled to head to Alberta next week to discuss the proposed Energy East Pipeline project with Alberta Premier Jim Prentice. Gallant will spend four days in Alberta, where he will also meet senior TransCanada officials in Calgary.

He says he also wants to meet with Alberta business leaders to show his commitment to the $12-billion development and help secure opportunities for New Brunswick.

Former premiers David Alward and Alison Redford made similar trips to each other’s provinces when they were in office in support of the project.

If it proceeds, the Energy East Pipeline would ship oil from Alberta to refineries in Quebec, with a pipeline extension to be built to a refinery and export terminal in Saint John, N.B. TransCanada is expected to file a formal proposal with the national energy regulator within weeks.

À cause de la couverture médiatique un peu débile au Québec au sujet de la construction du pipeline Énergie Est, on en vient presque à croire que ce pipeline traversera uniquement notre province.

Il est bon de se rappeler que ce projet va s’étendre sur l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick. Étrangement, le mouvement de contestation semble surtout se concentrer au Québec. Ailleurs au Canada, les gens sont capables de mettre leurs émotions de côté et d’avoir des discussions rationnelles sur les pipelines. À beaucoup d’endroits, comme au Nouveau-Brunswick on est même favorable au projet !

Il faudra que le Québec devienne une province mature un jour ou l’autre et qu’on arrête de faire un drame à propos de la moindre peccadille (genre un pipeline).


16 octobre 2014

La phrase qui résume le modèle québécois Économie En Citations États-Unis Philosophie

Ronald Reagan

-

La carrière politique de Ronald Reagan a pris son envol en 1964, quand il a prononcé son discours, devenu célèbre depuis, A time for choosing.  Dans ce discours on retrouve une phrase qui résume à la perfection comment le modèle québécois a fonctionné depuis cinquante ans…

« For three decades, we’ve sought to solve the problems of unemployment through government planning, and the more the plans fail, the more the planners plan. »


16 octobre 2014

La richesse des nations Économie En Chiffres International Mondialisation

Résultat extrêmement intéressant d’une étude du Pew Research Center à propos des inégalités.  Dans 44 pays différents, on a demandé aux gens quel était le meilleur moyen pour réduire les écarts de richesses: diminuer les impôts des particuliers et des corporations pour stimuler les investissements et la croissance économique ou encore augmenter les taxes et impôts pour redistribuer la richesse. Voici des résultats qui en surprendront plus d’un:

Écarts De Richesses

Première surprise, globalement une pluralité de personne pense que le meilleur moyen pour réduire les inégalités est de baisser les taxes et impôts. Pourtant, depuis quelques années, on assiste à une importante cabale médiatique pour nous convaincre du contraire. Il est rassurant de voir que, dans une certaine mesure, cette propagande n’a pas autant de supporteurs qu’on aurait pu le croire.

Autre surprise, ce sont surtout les pays pauvres, plus inégalitaires, qui favorisent l’option d’une réduction du fardeau fiscal. En fait, seules les économies riches pensent qu’il faut augmenter la redistribution de la richesse.  Pour chaque classe économique, voici le nombre de pays où une pluralité des gens pense que l’on doit réduire les taxes et impôts:

  • Économies développées: 3 pays sur 10
  • Économies émergentes: 16 pays sur 25
  • Économie en voie de développement: 5 pays sur 9

Dans les pays suivants, c’est plus de 50% de la population qui pense que la droite peut réduire les inégalités sociales:

  • Brésil: 77%
  • Italie: 68%
  • Ouganda: 64%
  • France: 61%
  • Argentine: 60%
  • Vietnam: 60%
  • Philippines: 59%
  • Ghana: 57%
  • Thaïlande: 57%
  • Tunisie: 56%
  • Venezuela: 55%
  • Kenya: 52%
  • Nicaragua: 52%

Comment peut-on expliquer ces résultats étonnants ?

Les pays émergents et en voie de développement sont certes beaucoup plus pauvres et inégalitaires que les économies développées.  Par contre, la croissance économique dans ces pays est beaucoup plus soutenue que dans les pays riches.  Les gens dans les pays pauvres ont compris que le meilleur programme social pour lutter contre les inégalités ne consiste pas à demander au gouvernement de déshabiller Paul pour habiller Pierre, mais plutôt de miser sur la croissance économique, après tout cette croissance soutenue a sorti des millions de personnes de la pauvreté dans ces pays.

Dans les pays riches, on est devenu paresseux, nous avons oublié que notre mode de vie confortable est le fruit de la croissance économique et pas de programmes gouvernementaux visant à redistribuer la richesse.  Un jour ou l’autre, nous devrons revenir à l’essentiel si nous ne voulons rester dans le peloton de tête.

Les pays pauvres voient tous les jours les bienfaits de la croissance économique sur leur niveau de vie, dans les pays riches, nous tenons cette croissance pour acquise, nous ne l’apprécions pas à sa juste valeur…  En bref, l’Occident se fait faire la leçon par les pays émergents et en voie de développement; eux ils viennent de comprendre, nous, nous avons oublié…

Source:
Pew Research Center
Emerging and Developing Economies Much More Optimistic than Rich Countries about the Future


16 octobre 2014

Nouvelle victoire pour le privé Économie France Revue de presse

Le Figaro

-

Une opération coûte moins cher en clinique qu’à l’hôpital
Le Figaro

Nouvelle pierre dans le jardin des hôpitaux publics. Contrairement aux idées reçues, le coût d’une opération chirurgicale serait moindre en clinique qu’à l’hôpital, même en prenant en compte les dépassements d’honoraires du chirurgien. «Les tarifs des interventions du secteur privé, dépassements d’honoraires compris, sont inférieurs de 8% en moyenne à ceux du secteur public», rapporte dans une étude présentée jeudi, et publiée dans la revue Droit social, le syndicat des chirurgiens libéraux Le Bloc. Seule exception, l’Île-de-France, où le privé reste plus cher.

Si les cliniques sont plus économiques pour la collectivité, le patient peut percevoir l’inverse. En effet, si le public est plus cher, c’est parce que les actes chirurgicaux qu’il facture à l’Assurance-maladie, et dont le patient n’a jamais connaissance, sont jusqu’à 30% supérieurs à ceux des cliniques. En revanche, les dépassements d’honoraires, plus fréquents dans le privé, sont payés directement par le patient ou par sa complémentaire santé.

Si l’hôpital public est plus cher, c’est pour une multitude de raisons. Dans un rapport récent la FHF met en cause les «effets délétères sur la situation des établissements» du passage aux 35 heures.

Si en France, un pays socialiste, on peut trouver des hôpitaux privés, on attend quoi au Québec pour faire de même, surtout que cela pourrait coûter moins cher aux contribuables !


15 octobre 2014

Le Colisée et l’économie Économie Gauchistan Québec

Éléphant BlancVendredi dernier, Statistique Canada a publié les chiffres sur l’emploi au Canada, y compris pour les villes.  Dans la région de Québec, le taux de chômage* s’élève à 5,7%.  Un taux fort respectable quand on sait que le taux provincial est de 7,8%.  Mais quand on fouille un peu, on réalise que tout n’est pas rose dans la Capitale-Nationale.

Depuis le début de l’année, le taux de chômage a augmenté de 33% dans la région de Québec. À l’échelle provinciale, cette augmentation n’a été que de 4% alors qu’à Montréal on observe un accroissement de 6%.  Clairement, la tendance est plus négative que dans l’ensemble du Québec.

En fait, le taux de chômage à Labeaumegrad est à son plus haut depuis un peu plus de 3 ans.  En janvier dernier, la région de Québec pouvait se vanter d’être celle avec le plus faible taux de chômage au Canada (4,3% à égalité avec Saskatoon). Selon le dernier relevé de Statistique Canada, la Vieille-Capitale a glissé de la 1ère à la 7e position (le taux de chômage à Saskatoon est tombé à 4,2%).  Encore une fois, on peut voir une tendance clairement négative.

De plus, garder en tête que la situation de l’emploi dans la région de Québec est probablement surévaluée à cause de la présence de la fonction publique.  En ce moment, on sait que le secteur public embauche beaucoup de gens et on sait aussi que 46% des fonctionnaires travaillent dans la région de Québec alors que son poids démographique n’est que de 9%.

Comment peut-on expliquer cette dégradation du marché de l’emploi dans la région de Québec ?  Une étude publiée en 2006 dans l’ouvrage The Business of Sports permet peut-être de répondre à cette question. Je cite un extrait révélateur:

EconBiz
Mega-Events: The effect of the world’s biggest sporting events on local, regional, and national economies

Public expenditures on sports infrastructure and event operations necessarily entail reductions in other government services, an expansion of government borrowing, or an increase in taxation, all of which produce a drag on the local economy. At best public expenditures on sports-related construction or operation have zero net impact on the economy as the employment benefits of the project are matched by employment losses associated with higher taxes or spending cuts elsewhere in the system.

Le nouvel amphithéâtre de Québec, construit pour Quebecor, est-il en train de devenir un boulet économique ?

*moyenne mobile 3 mois 

Source:
Statistique Canada
Tableau 282-0116