Antagoniste


25 octobre 2016

Dernier billet

Depuis un an, je me dis qu’il faudrait bien que j’écrive un dernier billet pour fermer définitivement mon blogue. Depuis 12 mois, à toutes les fois que j’ai voulu écrire quelque chose, je n’ai jamais dépassé le state de l’ébauche…

Mais puisque ça fait un an et puisqu’il faudrait bien que j’écrive quelque chose pour fermer définitivement mon blogue, voici la collection d’ébauches disparates que j’ai accumulé au fil des mois.

page-divider-symbol

Pourquoi je ne blogue plus

Auparavant, quand les gens étaient en colère, ils élisaient un « bon père de famille ». Une force tranquille qui était capable de remettre de l’ordre dans la maison. Mike Harris, Ronald Reagan, Lucien Bouchard étaient de bons pères de famille: dur, juste et respectueux des électeurs et des instructions.

Mais aujourd’hui, quand les gens sont en colères, ils ne veulent plus voter pour le bon père de famille, mais pour un bully qui va insulter tous ceux qui ne font pas partie de leur gang. C’est le cas de Trump, il est aussi à gauche que Clinton, mais des gens de droite l’aiment parce qu’il insulte les démocrates, les médias et les immigrants. Les gens qui votent pour Trump ne veulent plus faire gagner les idéaux de droite, ils veulent vulgairement se venger de la gauche.

Au Québec, lors de la dernière élection, on a élu un bon père de famille face à la colère suscitée par le PQ. Couillard a promis l’équilibre budgétaire et une révision des programmes, bref de remettre la maison en ordre. Mais ce type de gouvernement ne lève plus. On sent qu’à droite les gens veulent un bully et un bon docteur ne peut pas être un bully.

Au Québec et au Canada, une frange non négligeable de la droite a contracté la même fièvre que la droite américaine : on ne veut plus de débats d’idée, mais un bully qui va insulter tous ceux qui se trouvent sur son passage. Ce bully pourrait être aussi à gauche que Trudeau, ce n’est pas important, à condition qu’il soit vulgaire, démagogue et populiste jusqu’à plus soif.

C’est pour ça que je ne blogue plus. Parce que je suis un dinosaure, parce que je suis une personne de droite « old school » qui aime les intellos, les institutions et les bons pères de famille avec de bonnes idées. Je ne blogue plus parce que je n’adhère pas à cette nouvelle droite qui idolâtre les bullies et qui considère que les insultes sont plus importantes que les idées. Je ne blogue plus parce que je considère que ces bullies et leurs partisans sont des imbéciles et que je ne veux pas être associé à des imbéciles. Pour être franc, ça m’écœure de savoir que j’ai fait d’énormes efforts pour être lu par des gens qui allaient devenir des admirateurs de Trump. Ces gens ne méritaient pas le milliardième des efforts que j’ai mis dans mon blogue. D’autant plus que j’ai du endurer me faire traiter de « mongol » sur les réseau sociaux par ces mêmes fans de Trump qui me trouvaient si bon quelques mois plus tôt (et quand je les bloque, ils ont l’outrecuidance de me traiter de jaune).

À ceci, il faut additionner le fait que certaines personnalités radiophoniques ont décidé de proclamer que la détestation des Montréalais devait aussi être une valeur cardinale de la droite en diffusant des informations qu’ils savaient pourtant fausses (ce qui est cohérent avec la mentalité du bully qui préfère les insultes aux idées). On ne dénonce plus la « gauche », mais la « gauche montréalaise ». On ne dénonce plus les « biens pensants », mais les « biens pensants de Montréal ». On ne dénonce plus les « élites », mais les « élites montréalaises »… En fait, chaque fois que la droite tombe sur un truc qu’elle n’aime pas, presque toujours on lui accole l’épithète de « montréalais ». C’est peut-être une bonne stratégie pour les cotes d’écoute, mais ce fut l’équivalent d’avoir dynamité la fondation du mouvement en provoquant sa division. À entendre les médias de droite, tous les Montréalais sont de gauche et la gauche n’existe pas en dehors de Montréal… Désolé, mais la gauche est présente à divers degrés partout au Québec, pas juste sur l’île. De plus, il n’y a pas de mystère Montréal. Montréal, comme toutes les métropoles d’Amérique du Nord votent à gauche. On voit la même chose dans les villes texanes. Par contre, cela ne veut pas dire qu’il n’y a personne avec une sensibilité à droite à Montréal et ces gens sont tout aussi importants que ceux de Québec. Or, tant et aussi longtemps que la détestation de Montréal sera une pierre angulaire de la droite au Québec, il sera impossible d’avancer. La droite restera un mouvement régional et marginal. J’ai habité dans plusieurs régions du Québec. J’ai choisi de vivre à Montréal, c’est une ville que j’aime et je ne voudrais pas vivre ailleurs.

page-divider-symbol

Les nouveaux péquistes

Moi je bloguais pour parler d’économie et de politique publique, je pensais que la droite avait un point de vue légitime et une contribution importante à faire sur ces deux enjeux. Or, depuis la dernière élection fédérale et l’arrivée de Trump, l’économie et les politiques publiques n’intéressent plus du tout la droite… Depuis la dernière élection, la droite est en train de devenir comme les péquistes…

Pas « péquiste » dans le sens « souverainiste », mais plutôt dans le sens de gens frustrés qui haïssent tout le monde: haïr les musulmans, haïr Montréal, haïr Trudeau, haïr les Syriens, haïr les médias… Une des choses les plus déplaisantes sur Twitter, ce sont les fanatiques avec une bulle « oui » qui se plaignent toute la journée d’être victime d’un grand complot et qui imaginent des ennemis partout… Les gens de la droite sont en train de devenir comme ça… Moi j’ai une question à mes camarades de droite: allez-vous être frustrés et haineux comme ça durant les 4 prochaines années? En ce moment, les gens de droite sur les réseaux sociaux et dans les médias ont l’air d’une gang d’hystériques sur le coin d’une rue avec une pancarte « the end is near ». La raison a pris le bord et c’est juste des émotions. Traiter Trudeau de dangereux islamistes et les Syriens de violeur, ça peut donner beaucoup de like sur Facebook, de retweet sur Twitter et faire un bon freak show lors d’une ligne ouverte, mais ça ne veut pas dire que c’est un discours intelligent. Haïr les principes des autres plus qu’on aime ses propres principes, ce n’est pas sain.

Trudeau a été élu. On peut être frustré pendant 4 ans (comme les péquistes sont frustrés d’avoir perdu en 2014) où on peut faire un examen de conscience. C’est long 4 ans pour être frustré et en vouloir à l’humanité tout entière d’avoir perdu (surtout quand la défaite était un peu méritée).

C’est ce mélange de colère, hargne, haine et frustration qui a permis l’émergence d’un Trump aux USA. Un Donald Trump ça arrive quand des gens de droite de bonne volonté, responsables, respectueux et réfléchis restent silencieux quand les extrémistes s’agitent, parce que les extrémistes servent un peu leur cause. Et soudainement un Trump apparaît et les gens de droite de bonne volonté, responsables, respectueux et réfléchis regrettent tous de n’avoir rien dit… En ce qui me concerne, j’ai décidé de ne pas être complice de l’émergence d’un Trump au Québec et au Canada.

page-divider-symbol

Si tu joues dans l’équipe de Trump, je ne veut pas jouer dans ton équipe

Je suis confus… J’essaie de comprendre, mais je n’y arrive pas… J’essaie de comprendre comment dans le bastion de la droite au Québec, la ville de Québec, Donald Trump peut avoir autant de sympathisants, notamment chez les animateurs de radio…

Trump a insulté une animatrice en la traitant de « bimbo menstruée », il a ridiculisé le handicap physique d’un journaliste, questionné sur l’assassinat de journalistes par Poutine, il a répondu en riant que Poutine était un bon leader et il a aussi dit que le massacre de la place Tiananmen avait été une sage démonstration de force du gouvernement chinois. À ceci, ajoutons que la vision de l’économie de Trump est plus proche de celle d’Amir Khadir que de celle de Stephen Harper. À mon sens, ce bref échantillonnage aurait dû être suffisant à disqualifier Trump, mais ce ne fut pas le cas…

Le 26 février, quand Trump dit que s’il était élu président il allait changer la loi sur les propos diffamatoires pour pouvoir poursuivre les médias qui le critiquent, je me suis dit que ça allait être la goutte qui allait faire déborder le vase des animateurs de radio de Québec. Après tout, s’il y a des gens au Québec qui ont fait de la défense de la liberté d’expression une valeur cardinale, c’est bien eux. Eh bien non… Durant la semaine qui a suivi cette déclaration, ce fut encore un déluge de sympathie… Durant cette semaine, certains ont même défendu les hésitations de Trump à répudier le KKK tout en minimisant la portée de sa citation de Mussolini…

Je suis confus… J’essaie de comprendre, mais je n’y arrive pas… Parce que si Trump s’était présenté du côté des démocrates pour dire exactement les mêmes choses, ces animateurs de radio auraient probablement utilisé le cas de Trump pour nous convaincre que la gauche est une idéologie dangereuse.

Bref, puisque la cohérence semble avoir foutu le camp, cette semaine dans la radio de Québec on pourrait bien entendre un segment durant lequel on dira que l’intention de Loto-Québec de bloquer des sites de jeux sur internet représente une menace mortelle à la liberté d’expression; ce segment pourrait être suivi d’un autre où on dira que Trump est bon et que ceux qui le critiquent sont des unilingues incapables de penser par eux-mêmes.

Je suis confus… J’essaie de comprendre, mais je n’y arrive pas… Et vous savez quoi, je ne suis pas sûr que j’ai envie de comprendre… Je ne suis pas intéressé à jouer dans une équipe avec des gens qui jouent aussi dans celle de Trump.

P.-S. Fascinant de voir qu’aux USA, les animateurs de radio de droite sont partagés sur le cas Trump alors qu’ici ça fait l’unanimité. D’autant plus surprenant quand on réalise que Trump et Labeaume ont été coulés dans le même moule.

page-divider-symbol

Quand critiquer Marine Le Pen était un devoir

Depuis plusieurs décennies, la gauche et la droite se divisaient essentiellement sur un axe économique: un gros état vs. un petit état; Keynes vs. Friedman. Mais depuis quelque temps, cette division est de moins en moins valable, il semble que nous soyons entrés dans un nouveau cycle ou la gauche et la droite ne se divisent plus sur un axe économique, mais plutôt sur un axe identitaire. L’économie n’est plus un enjeu, ce que nous voyons ce sont des nationalistes qui confrontent des internationalistes. Cette nouvelle polarisation est de plus en plus présente, aussi bien à l’international (on le voit avec le Brexit) qu’au Québec. Au Québec, il est ironique de voir des gens qui ont tant dénoncé la charte et le protectionniste du PQ, maintenant chanter les louanges de Marine Le Pen…

Quand j’ai démarré mon blogue en 2007, les gens de droite se faisaient un devoir de se dissocier de Le Pen, c’était un de mes sujets de prédilection.  On disait que son nationaliste impliquait un gros gouvernement, des politiques antimondialisations et une restriction des libertés individuelles. Aujourd’hui, les gens de droite ne se dissocient plus de Marine Le Pen (ou Farage ou Putin ou Trump), ils s’en font des émissaires zélés qui lui déroule le tapis rouge pour réaliser des entrevue complaisante (je garde un souvenir amère de son passage dans les radios de Québec ce printemps). Je dois avouer que cette transformation est une des raisons pour lesquelles je ne blogue plus. Cette droite qui a basculé dans le camp du nationalisme n’est plus ma droite et je sais que désormais ma droite représente une infime minorité. Pour moi le nationalisme c’est la plus vile idéologie politique créée par l’homme puisque le nationalisme c’est début de tous les autoritarismes, peu importe leur déclinaison. Si le choix est entre le nationalisme et l’internationalisme, alors je choisis l’internationalisme.

page-divider-symbol

Les recherches méticuleuses, kossa donne

Jusqu’à tout récemment je pensais que la droite était le clan de la raison, des faits, de la rigueur alors que la gauche était le clan des émotions… Une belle naïveté de la part, je présume…

J’ai eu ma première dose de réalité l’automne dernier lors du « flushgate »… À l’époque, j’avais eu beau démontrer que l’événement, quoique non désirable, était sans conséquence majeur pour l’environnement, rien n’y fit. La plupart des gens de droite ont annoncé une catastrophe et ont déchiré leur chemise; j’ai eu beau sortir des statistiques, études de biologistes, opinions d’ingénieurs, tout le monde s’en fichait. Pourquoi? Parce que planter « le gros Coderre » était devenu plus important que les faits… En passant, tel que je l’avais prédit, le « flushgate » n’a pas été une catastrophe.

Cet épisode m’a laissé un goût très amer dans la bouche. C’est une des raisons pour laquelle j’ai décidé de fermer mon blogue quelques semaines plus tard. À quoi bon faire des recherches méticuleuses et réfléchir à la manière de présenter des stats le plus clairement possibles quand tout le monde s’en criss des stats. Les gens de droite, pas plus que les gens de gauche, ne veulent pas de stats, ils veulent se faire de la petite politique au détriment des faits.

Cet épisode du côté « emo » de la droite québécoise que j’ai vécu avec le « flushgate » n’était que la pointe de l’iceberg. Quelques mois plus tard, leur culte de Donald Trump était la preuve la plus manifeste que cette droite était désormais entrée dans une ère « post-factuelle ». Dans une ère « post-factuelle », un blogue dédié aux chiffres est inutile. Sur Antagoniste.net, j’ai écrit des dizaines de billets démontrant les avantages de la mondialisation et du libre-échange… pour finalement voir des gens de droite embrasser aveuglément le protectionnisme de Donald Trump. What a waste of time, je n’ai même pas été capable de convaincre « ma gang »…

page-divider-symbol

Si Radio-Canada devenait capitaliste…

Pour comprendre l’état pitoyable dans lequel se retrouve la droite au Québec… On a des gens qui durant des années, ont traité les péquistes de communistes arriérés chaque fois que ceux-ci exprimaient le début du commencement d’une idée protectionniste. Aujourd’hui, ces mêmes personnes défendent sans aucune gêne le protectionnisme, à les lire ils ont toujours été des protectionnistes. Comment expliquer ça? C’est simple, ils défendent le protectionnisme parce que Trump est protectionniste et ils aiment Trump parce que les médias n’aiment pas Trump. Ces gens ont développé un réflexe reptilien qui consiste à défendre systématiquement le point de vue opposé à celui des médias. Zéro réflexion. Zéro fait nécessaire, peu importe l’enjeu et peu importe la prise de position; si un média dit noir, ils vont dire blanc. Si demain matin Radio-Canada devait pro-capitaliste, ces gens iraient sur les réseaux sociaux pour nous faire croire qu’ils ont toujours été des défenseurs du communisme. On ne peut pas construire un mouvement politique intelligent, fort et durable avec ce genre de personne. Or, chez la droite québécoise, ce genre de populisme a complètement remplacé ceux qui avaient une démarche intellectuelle. Ces emos ont condamné à la marginalisation le mouvement de droite au Québec.

À droite on n’avait pas grand chose, mais une chose qu’on disait avoir, avec fierté (et avec raison), c’était que contrairement à la gauche, on faisant passer la raison avant les émotions. Mais actuellement, quand on sombre dans les méandres nauséabonds du populisme on fait exactement l’inverse: on met la raison de côté pour donner la place aux émotions. C’est ça le populisme et la démagogie, c’est un discours qui nous rabaisse au plus petit dénominateur commun en faisant passer les émotions avant la raison. Ces gens sont en train de démolir le « brand » que l’on avait mit des années à bâtir… Ils sont devenus ce qu’ils dénonçaient. Et pourquoi? Des côtes d’écoute facile? Parce que si la raison peut avoir d’aussi bonne d’écoute que les émotions, il faut travailler plus fort pour arriver au même résultat…

page-divider-symbol

Si j’avais su…

Il y a 9 ans, quand j’ai lancé mon blogue, si on m’avait dit:

  • que la droite allait délaisser la raison pour embrasser l’émotion d’un Donald Trump ou d’une Marine le Pen;
  • que la droite allait appuyer un projet étatique comme Anticosti;
  • que la droite allait devenir nationaleuse, xénophobe, antimondialisation et diaboliserait les immigrants;
  • que la droite allait abandonner le principe utilisateur/payeur dans les CPE;
  • Etc.

Si j’avais su tout ça il y a 9 ans, je n’aurais jamais commencé à bloguer parce que cela aurait signifié que durant les 9 années que j’aurais pris pour alimenter un blogue, la droite aurait régressé. Bref, que j’aurais perdu mon temps. La droite est en plus mauvais état en 2016 qu’en 2007, tout ça à cause de certaines personnalités radiophoniques.

On est passé d’un mouvement qui citait Bastiat, Friedman, Hayek et Mises à un mouvement qui cite désormais Trump, Le Pen, Farage et InfoWars/PrisonPlanet…  Toute une évolution…

Amère et déçu, je ferme mon blogue.

page-divider-symbol

12742490_10153954984908343_7118497154032282432_n


25 octobre 2015

Pause

Puisque je suis très occupé en ce moment et puisque journées n’ont que 24h, mon blogue fera relâche pour quelques semaines.

Par contre, je serai toujours présent sur Facebook et Twitter.


15 octobre 2015

La libre entreprise Économie En Vidéos États-Unis

Milton Friedman explique la différence entre être pro-libre entreprise et être pro-business:

Friedman est pro-libre entreprise.

PKP est pro-business…


15 octobre 2015

Les ratés en éducation Coup de gueule Économie En Chiffres Québec

Considérer les trois éléments suivants…

Dans un premier temps, la semaine dernière, les profs nous ont dit que si le gouvernement dépensait plus, l’éducation au Québec serait moins merdique…

Dans un deuxième temps, cette semaine, on nous a appris que 25% des profs décrochaient parce qu’ils pensent qu’ils travaillent trop fort…

Dans un troisième temps, ces chiffres que je viens de découvrir:

Éducation Québec

Éducation Québec

La cote R est une méthode statistique utilisée au Québec visant à mesurer la performance des étudiants de niveau collégial en vue de leur admission dans un programme contingenté à l’université.

Les gens les plus observateurs auront remarqué que les profs arrivent dans le fond du classement…

Maintenant, allez relire les deux premiers points de ce billet et dites-vous: « ceci implique cela »…

P.-S. PKP trouve ça bien épouvantable qu’on pense à sélectionner de meilleurs étudiants dans les facultés d’éducation… L’égalité dans la médiocrité, le crédo du PQ…

Sources:
Université de Montréal

Programmes à capacité d’accueil limitée

Université Laval
Programmes à capacité d’accueil limitée


15 octobre 2015

Le fameux modèle norvégien Économie Europe Revue de presse

The Economist

Norwegian blues
The Economist

Ii is a capitalist country but it is dominated by state-owned enterprises; it is an oil giant but it eschews conspicuous consumption. For decades this unusual economic model has served Norway well: in 1970 it was in Europe’s middle ranks as measured by income per head. Nowadays, Norwegians are richer than everyone in Europe except the Luxembourgers. However, the model is beginning to run out of fuel.

The oil bust is exposing two weaknesses in the Norwegian model. One is bureaucratisation, born of Norway’s enthusiastic embrace of state capitalism. The government owns about 40% of the stockmarket, with large stakes in Telenor, a big telecoms operator; Norsk Hydro, an aluminium producer; Yara, a fertiliser-maker; and DNB, a bank, as well as Statoil. That leads to a monochromatic corporate culture. The Norwegians like to boast that they lead the world in corporate diversity because firms are legally obliged to reserve 40% of board seats for women. But sexual balance does not make up for cultural uniformity: many of the country’s most senior businesspeople studied together at the Norwegian School of Economics, and still live in each other’s pockets.

The second weakness is the over-ripe welfare state. The public sector employs 33% of the workforce in Norway, compared with an average of 19% for the OECD countries. The state is undermining the work ethic: most people enjoy a 37-hour working week, and three-day weekends are common. In 2011 Norway spent 3.9% of GDP on incapacity benefits and early retirement, compared with an OECD average of 2.2%. Norwegians have coined a verb, to “nav”, meaning to get money from NAV, the state benefits agency.

Norway is fortunate in that it can learn from neighbouring countries, with similar cultures, that have implemented wide-ranging reforms. Sweden, in particular, has reinvigorated its model by shrinking its state, allowing private firms to run its schools, hospitals and surgeries, and reducing its tax burden.

La gauche aime bien nous casser les oreilles avec le modèle norvégien.

Il est toujours bon de leur rappeler que le modèle canadien est supérieur au modèle norvégien.


14 octobre 2015

Achat local Économie En Images International Mondialisation

La semaine dernière, pour illustrer les bienfaits de l’accord de libre-échange Transpacifique (et les méfaits de la souveraineté alimentaire), j’ai parlé du type qui consacré 6 mois de labeur et la rondelette somme de 1 500$ pour la confection d’un sandwich au poulet.

Je reviens a la charge cette semaine avec un autre type qui a décidé de miser sur l’achat local pour se vêtir.

Kelly Cobb, un professeur de Philadelphie a décidé de se fabriquer un complet en utilisant uniquement des matériaux disponibles dans un rayon de 160 kilomètres autour de chez lui.  Cette tâche a nécessité le travail d’une vingtaine de personne sur plusieurs mois, en tout on parle de 500 heures-hommes.  Bref, une tâche colossale.  Voici le résultat:

Vêtement Équitable

Vêtement Équitable

Vêtement Équitable

L’achat local est, dans une certaine mesure, un refus de recourir à une main-d’oeuvre hyper spécialisée. Or, la fabrication en masse de produits de qualité à un prix abordable dépend de l’hyper-spécialisation de la main-d’oeuvre !  L’achat local, le chemin le plus sûr vers la pauvreté.

Source:
WIRED
100-Mile Suit Wears Its Origins on Its Sleeve


14 octobre 2015

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (6-12 octobre) selon Influence Communication.

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


14 octobre 2015

La transparence climatique Environnement International Revue de presse

Nature

UN climate reports are increasingly unreadable
Nature

The climate summary findings of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) are becoming increasingly unreadable, a linguistics analysis suggests.

IPCC summaries are intended for non-scientific audiences. Yet their readability has dropped over the past two decades, and reached a low point with the fifth and latest summary published in 2014, according to a study published in Nature Climate Change.

The study used the Flesch Reading Ease test, which assumes that texts with longer sentences and more complex words are harder to read. Reports from the IPCC’s Working Group III, which focuses on what can be done to mitigate climate change by cutting carbon dioxide emissions, received the lowest marks for readability.

Confusion created by the writing style of the summaries could hamper political progress on tackling greenhouse-gas emissions, thinks Ralf Barkemeyer, who led the analysis and works on sustainable business management at the KEDGE Business School in Bordeaux, France. The readability scores “are not just low but exceptionally low”, he says. (For comparison, Barkemeyer says that the team analysed a few seminal physics papers by Albert Einstein and Stephen Hawking, all of which ranked significantly higher than the IPCC documents on readability.)

C’est comme…

C’est comme si on voulait nous cacher quelque chose…


13 octobre 2015

Les routes à deux vitesses… Coup de gueule Économie Environnement Gauchistan Québec

GouvermanmanAux États-Unis, il a été déterminé que les ménages qui achètent une voiture électrique sont beaucoup plus riches que la moyenne des gens… On parle d’un revenu de 108 624$ contre 51 914$ pour le reste de la population.

Pour ce qui est des véhicules hybrides, on observe la même tendance. Les ménages qui achètent une voiture hybride gagnent en moyenne plus de 100 000$.  De plus, l’âge joue aussi un rôle, ceux qui achètent une voiture hybride avaient en moyenne 50 ans contre 40 ans pour les autres.

Bref, on peut dire sans se tromper que les voitures électriques et hybrides intéressent surtout les boomers qui ont de l’argent.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Parce que vendredi dernier, le gouvernement libéral a décidé de gaspiller 420 millions de dollars dans un stupide projet d’électrification des transports !  Ce projet prévoit donner une subvention pouvant aller jusqu’à 8 000$ pour l’achat d’un véhicule électrique/hybride.  De plus, il est aussi prévu que ces  voitures vertes seront exemptées de péages et pourront circuler sur les voies réservées !

Autrement dit, au Québec, les pauvres et la classe moyenne vont payer des taxes et des impôts pour subventionner les riches boomers qui s’achètent une « voiture verte » et pour ajouter l’insulte à la blessure, ces mêmes riches boomers vont profiter de la gratuité et de voies réservées sur les routes du Québec !

La gauche, qui a  toujours eu une crainte maladive de la médecine à deux vitesses ne semble pas se formaliser de la création d’un système routier à deux vitesses…

L’écologie est une chose formidable. Avec le sport professionnel, c’est la seule idéologie sur la planète Terre qui fait en sorte que les pauvres et la classe moyenne sont heureux de payer des taxes et des impôts pour subventionner des gens plus riches qu’eux… Même que souvent les pauvres et la classe moyenne votent pour avoir des programmes verts encore plus généreux !

N.B. Comment l’opposition a-t-elle réagi à ce gaspillage de 420 millions ?  En disant que 420 millions c’est pas assez…  On est foutu…